Forum de discussion générale sur l'éducation nationale!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Viols et abus sexuels sur mineurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1067
Age : 54
Localisation : 65
Emploi : webmaster
Loisirs : net et infos
Date d'inscription : 09/12/2006

Fiche d'identité
Points restants avant exclusion du forum:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Viols et abus sexuels sur mineurs   Dim 11 Fév - 2:35


En 1978, à l’occasion du retentissant procès pour viol d’Aix en Provence qui mobilisa les féministes, l’association Choisir la cause des femmes énonçait ces quelques notions fondamentales au sujet du viol : « toutes les agressions sexuelles supposent un type de rapport de domination homme/femme symptomatique d’un certain choix de société...Consciemment ou inconsciemment, un certain monde de valeurs masculines a, en fait, justifié le viol par la « naturelle virilité aggressive » de l’homme et la « passivité masochiste » de la femme... » (1).
Ce texte vieux de plus de vingt ans définissait le viol comme la manifestation sexuelle d’un rapport de domination et mettait en évidence son caractère politique en le présentant comme résultant d’un choix de société ; et en effet, dans la société des années 70, les valeurs machistes s’imposaient encore à la majorité de la population avec toute la force des évidences.
Vingt ans plus tard, est ce que le monde « post-féministe » dans lequel nous vivons a tellement changé en ce qui concerne le viol, sa perception et sa punition ? Al’âge du porno et de la porno-pub omniprésents, les valeurs et conditionnements machistes ont-ils vraiment beaucoup régressé ? Il est permis d’en douter. Certes, le nombre de plaintes pour viol a considérablement augmenté depuis cette date,et si l’on peut se réjouir du fait que les langues se délient (et donc que le nombre des plaintes augmente), on ne peut pas affirmer que le nombre de viols commis soit en baisse ou que la prise de conscience sociale du viol comme crime sexiste ait considérablement progressé. Certes, des lois plus répressives ont été adoptées au cours deux dernières décennies mais ont-elles mis fin à la tolérance de fait dont bénéficiaient les violeurs avant la révolution des années 1970 ?
Pour une femme victime de viol, porter plainte est non seulement une décision qui exige force et courage, c’est aussi un dilemme. Certes, théoriquement, une victime de viol ne peut que souhaiter que justice lui soit rendue et attendre de la société qu’elle proclame publiquement la culpabilité de son agresseur et le punisse de son crime. Mais dans la réalité, son désir légitime d’obtenir justice va se heurter à d’autres considérations plus terre-à-terre qui risquent de peser très lourd dans la balance et vont la faire hésiter à rendre public le crime dont elle a été victime, pour une multitude de raisons : honte de se sentir souillée, peur d’être socialement déconsidérée et rejetée, peur des représailles de l’agresseur (surtout si c’est un voisin ou un proche) si elle parle. Même en France, il y a encore des milieux où c’est la victime qui est stigmatisée pour s’être « fait violer », qui est ensuite considérée comme « marchandise avariée », fille perdue souillant l’honneur de sa famille, etc. Ces attitudes poussées à l’extrême débouchent sur le « crime d’honneur », où les parents masculins de la femme violée vont la tuer pour laver l’honneur de la famille...

http://www.chiennesdegarde.org/article.php3?id_article=89

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bannieres.bbgraph.com/
Admin

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1067
Age : 54
Localisation : 65
Emploi : webmaster
Loisirs : net et infos
Date d'inscription : 09/12/2006

Fiche d'identité
Points restants avant exclusion du forum:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Viols et abus sexuels sur mineurs   Dim 11 Fév - 2:40

Le code pénal français considère « toute atteinte sexuelle commise avec violence, contrainte, menace ou surprise » comme une agression sexuelle. Parmi les agressions sexuelles, le viol, défini comme « tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit, commis sur la personne d'autrui par violence, contrainte, menace ou surprise », est traité à part.
Les agressions sexuelles sont sanctionnées plus gravement lorsqu'ellessont commises sur des enfants, car le fait que la victime n'ait pas atteint l'âge de quinze ans constitue une circonstance aggravante.
En l'absence de toute autre circonstance aggravante, relative par exemple à l'auteur ou aux résultats de l'infraction, les coupables d'une agression sexuelle commise sur un jeune de moins de quinze ans encourent :
- pour un viol, une peine de réclusion criminelle de vingt ans au lieu de quinze lorsque la victime est plus âgée ;
- pour une agression sexuelle autre que le viol,une peine de prison de sept ans au lieu de cinq et une amende de 100 000 € au lieu de 75 000 €.
Par ailleurs, la simple atteinte sexuelle, qui diffère de l'agression sexuelle parce qu'elle est exercée « sans violence, contrainte, menace ou surprise », ne constitue une infraction que lorsqu'elle est réalisée sur un jeune de moins de quinze ans, à moins qu'elle ne soit commise par une personne ayant autorité sur la victime.

http://www.senat.fr/lc/lc133/lc1330.html

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bannieres.bbgraph.com/
 
Viols et abus sexuels sur mineurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 52 enfants mineurs sauvés d'un réseau de prostitution aux USA
» 2 élèments de commande sur alarm Abus texon sx
» Guide de protection des mineurs contre les dérives sectaires
» Pétition contre les abus des animaux dans les cirques
» Abus de faiblesse? merci pour votre aide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Education nationale et parents...La parole est à vous ... :: Santé! :: Pédophilie / Viols-
Sauter vers: